Bienvenue

Pudeur toxique

Souvent par pudeur, nous refusons d’étaler nos talents.

Même si la situation nous y invite.

Ainsi lors d’un récent séminaire, la DRH, adjointe à la direction, se présente:

 » Par nature je suis relationnelle et j’ai appris à gérer une équipe, mais le leadership ce n’est pas moi »

Lorsque j’entends un participant affirmer « ce n’est pas moi », je ne gobe pas automatiquement le message mais je m’interroge: pourquoi cette personne brillante, ayant fait carrière dans l’organisation, se refuserait-elle à en prendre la direction?

Si elle était un homme, serait-elle plus ambitieuse?

Je peux certes comprendre qu’elle soit dérangée par la culture de son organisation, avec des  négociations compliquées et des réunions qui ne terminent pas avant quatre heures du matin. Les obligations familiales ont priorité, bien sûr. Mais une fois encore, je m’interroge: comment pourrait-elle changer cette tradition sans affirmer son leadership, sans commencer par prendre le pouvoir?

Consciemment et inconsciemment, nos paroles véhiculent un état d’esprit, une image que nous nous faisons de nous, des autres et de la situation. Lorsque cette image est positive, nous libérons notre potentiel d’évolution, notre capacité de résoudre les problèmes et notre pouvoir de décision.   

Volontairement ou involontairement, une parole négative trahit une image négative de nous et révèle  un piège: si un poste de direction s’ouvre, un collègue se présentera d’autant plus facilement qu’il pourra évoquer l’absence de leadership de la DRH: « c’est elle-même qui le dit! »

De fait, inconsciemment et involontairement nous avons tendance à justifier l’image que nous avons de nous, des autres et de la situation. Or le pouvoir n’est pas dans l’argumentation mais dans l’image véhiculée.

Remettre l’image négative en question constitue une première étape. Transformer cette image-cliché en un film positif, en une « success-story », engendre automatiquement une dynamique nouvelle, un enthousiasme communicatif et un leadership charismatique.

Michel Chalude

—————–